Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

MY FORMAPRO

Description

Organisme de formation à Marseille, et de qualification, depuis plus de 5 ans,My Formapro  entreprises s’inscrit de manière volontariste dans le nouveau contexte légal et conventionnel de la formation tout au long de la vie.

Chaque formation professionnelle à Marseille est proposée dans le but de dynamiser les compétences dans l’entreprise et pour valoriser les individus par la formation et l’obtention d’un diplôme dans les domaines :

Formations en Management des équipes et des projets

Formations en Ressources Humaines – Formation

Formations en Informatique, numérique et systèmes d’information

Formations en Qualité, sécurité, environnement, RSE

Formations en bureautique

Formation en comptabilité 

Que vous soyez demandeur d’emploi, en reconversion professionnelle ou salarié désireux de vous adapter aux nouveaux besoins de votre entreprise, venez développer vos compétencesdans une ambiance conviviale, encadré par des formateurs professionnels experts de leur domaine.​

 

Actions menées

Plus des deux tiers des jeunes sortis du système éducatif en 2013 ont travaillé en emploi à durée déterminée (CDD, intérim, etc.) pour leur premier poste. C’est le cas d’environ huit jeunes sur dix qui n’ont au mieux que le baccalauréat, un CAP-BEP, voire aucun diplôme. La proportion diminue avec l’élévation du niveau d’études : la moitié des titulaires d’un bac + 5 débute par un contrat précaire. Certains contrats temporaires servent de tremplin vers un emploi durable. D’autres, en revanche, souvent occupés par les moins diplômés, installent durablement les jeunes dans l’insécurité de l’emploi, notamment par le renouvellement de contrats à durée déterminée. Pour ces jeunes, à l’avenir incertain, il est bien difficile de faire des projets de vie (vivre en couple, trouver un logement durable, etc.).

La moitié des sans-diplôme au chômage

Face au chômage, les inégalités sont encore plus grandes. En 2016, un jeune non diplômé sur deux sortis de l’école en 2013 était au chômage, contre 10 % des bac + 5, et 6 % des titulaires d’un doctorat. Une partie des diplômés connaît le chômage, mais beaucoup plus rarement que ceux qui n’ont pas de titre scolaire à valoriser sur le marché du travail. De plus, ces jeunes au chômage perçoivent le plus souvent des indemnités très faibles, quand ils sont indemnisés.

Le diplôme, une arme essentielle sur le marché du travailLes jeunes connaissent des difficultés communes, mais celles-ci sont très inégales selon leur parcours scolaire. Face à la précarité, au chômage et aux bas salaires, le diplôme demeure un atout essentiel. Pour une partie des plus diplômés – notamment des filières généralistes de l’enseignement supérieur –, la situation n’est pas toujours facile et l’insertion souvent lente. Pour autant, leur situation n’a rien à voir avec les difficultés rencontrées par les moins qualifiés. Dans un pays où le titre scolaire est sacralisé, ceux qui ne sont pas dotés d’un diplôme passent en dernier. On s’inquiète beaucoup plus du déclassement des diplômés que du non-classement des jeunes peu diplômés, le plus souvent issus des milieux populaires. Une fois dans l’emploi, le faible développement de la formation professionnelle continue et des promotions internes font que le « ticket d’entrée » décide, encore dans de trop nombreux cas, de la suite du parcours professionnel. La réussite reste possible, mais au prix d’efforts incomparables à ceux des salariés diplômés.

113 rue de la République 13002 Marseille